Histoire

Le Prieuré de Klaarland a été fondé en 1970 par l’Abbaye de Nazareth à Brecht (Belgique). La nouvelle fondation a obtenu l’autonomie en 1981.

Début modeste
Durant les cinq premières années, la toute jeune communauté des six fondatrices a vécu dans un ancien centre de conférences dans le quartier de Kiewit, près de Hasselt. C’était l’époque des essais et des expérimentations.

En 1975 on découvrit une ancienne ferme-manoir à Bocholt-Lozen et c’est là que la communauté de Klaarland s’est désormais établie. Les fondatrices partageaient leur désir d’une vie à petite échelle, dans une atmosphère de convivialité. Le tout dans l’esprit de la période qui a suivi le Concile Vatican II : le retour à la simplicité.

Croissance et expansion
Assez vite après la fondation a commencé une longue période de stabilité : il fallait travailler dur pour pouvoir subsister. Pourtant ce début dur et difficile ne peut pas être dissocié de la situation présente qui est pleine d’épanouissement et de croissance. C’est que la communauté, qui comptait 8 membres vers 1995, s’est agrandie et se compose désormais de 18 soeurs. Cette croissance rapide a nécessité l’agrandissement des bâtiments. En 1978 et 1979 l’église et une petite partie du cloître ont été  ajoutées à la ferme-manoir. En 2004 quelques chambres pour les sœurs ont été construites tandis que le cloître monastique a été achevé. En 2008 un important agrandissement du complexe a été realisé : un nouveau bâtiment d’accueil pour les petits groupes et les familles (proche, mais séparé du monastère), une nouvelle hôtellerie, une nouvelle bibliothèque et un nouveau chemin d’accès . En même temps on a réalisé l’agrandissement et le renouvellement des ateliers de travail ainsi que la construction de sept nouvelles chambres pour les sœurs.

gedenksteen TibhirineTibhirine
Le 21 mai 1996, à Tibhirine en Algérie, sept moines cisterciens ont été assassinés. Cet immense choc a eu, d’une manière inattendue, des conséquences pour la petite communauté de Klaarland. Lorsque l’annonce de l’assassinat a provoqué une vague d’horreur dans le monde, a surgi au sein de l’Ordre cistercien le sentiment qu’il fallait faire quelque chose. La première réaction de beaucoup fut de vouloir envoyer de nouvelles personnes dans le monastère, une idée qui suscita d’emblée un grand  enthousiasme. Du monde entier, des frères et des sœurs se présentèrent auprès de l’Abbé Général de l’époque, Dom Bernardo Olivera. Celui-ci demanda à une sœur de Klaarland, qui était à ce moment-là membre du Conseil de l’Abbé Général à Rome, de devenir coordinatrice du projet. Dès lors, Klaarland hébergea quelques-unes des volontaires qui s’étaient présentées. Ainsi, dans les années qui suivirent 1996, en peu de temps, des sœurs, entre autres d’Italie et d’Argentine, se sont jointes à la communauté. Finalement le projet d’une fondation en Afrique du Nord ou au Moyen Orient avec ce groupe de moniales échoua, mais pour l’histoire de Klaarland, il était d’une grande signification. La communauté de Klaarland a été tirée hors de son petit cercle, au sens littéral comme au sens figuré. Du coup, elle occupait une place « au premier plan », ce qui a attiré de nouvelles sœurs.

Finalement, après des années d’attente, un espoir s’est levé pour la nouvelle fondation au Moyen Orient : un petit groupe de sœurs, venant d’Italie, est en train de construire un nouveau monastère en Syrie, dans les montagnes. Une sœur de Klaarland a été là pour aider quelques mois durant l’année 2010.